La genèse

Si on veut posséder de bonnes connaissances en matière de diamant, il est indispensable de s'intéresser aux différents process de fabrication. Une fois extrait, la pierre subit plusieurs transformations avant de devenir la pierre précieuse qui nous rend tant admiratifs. Déterrés au Bostwana, en Afrique du Sud, en Angola mais aussi au Brésil, au Canada et en Chine, les diamants suivent un long périple avant d'être proposés à la vente.

L'analyse du diamant brut

Capture d'écran

Le diamant, qui est enfoui sous une couche importante de gravats, traverse un grand nombre d'étapes d'affinage, lesquelles visent à le sublimer. Une fois extrait, il sera pris en charge par un tailleur. Ce dernier réalisera une étude minutieuse puis taillera la pierre avec patience et savoir-faire afin d'en révéler tout l'éclat.

Le travail de taille est très planifié : l'artisan met en place un « diamond planning », un schéma qui lui permettra de tailler la pierre avec une précision d'orfèvre. Un important travail sur les inclusions et proportions est aussi effectué. Les meilleurs ateliers se situent à Anvers, en Belgique.

La taille de la pierre brute

Pour tailler le diamant, l'artisan se sert d'une palette d'outils réputés pour leur efficacité. Mais pour pouvoir maximiser leur performance, il est indispensable de connaître tous les rudiments du métier. Dans un premier temps, place au clivage, opération servant à rétrécir les facettes à l'aide d'une meule diamantée. C'est cette manoeuvre qui fera apparaître les quatre parties de la pierre manipulée : la table, la couronne, le rondiste et la culasse. Pour optimiser l'équilibre de chacune de ces parties de la gemme, l'artisan se sert d'un proportionscope. Néanmoins, en 2017, cet outil tend à être remplacé par un scanner 3D.

Analyse

Le perfectionnement du diamant

Place ensuite à l'ébrutage, qui consiste à régulariser ses facettes et son contour. Le polissage permettra dès lors de se débarrasser des imperfections demeurantes. À ce stade de la taille, après ultime vérification à la loupe, on peut considérer que le diamant est prêt à être commercialisé. On notera néanmoins que les artisans adoptent de plus en plus les nouvelles technologies pour faciliter leur travail. Ainsi, depuis peu, les ateliers commencent à être équipés d'ordinateurs et autres modules de modélisation.

DiamsInvest fait confiance à


Diamond Privilège
Logo
Découvrez l'offre


La culture du diamant n'a aucun secret pour vous ?

Si vous le voulez bien, vérifions cela tout de suite :